Archive

Articles taggués ‘europe écologie’

Blog en vacances

19/12/2008

Je m’éloigne de toute connexion internet pendant une semaine et donc je ne pourrai pas bloguer pendant cette période! Je republierai probablement de nouveau juste avant la nouvelle année!

Une bonne nouvelle avant cette pause: une dépêche AFP qui dévoile les têtes de listes non-vertes pour les prochaines élections européennes. C’est une étape importante qui est franchie avec ces désignations!

Continuez à signer et à faire signer sur le site: http://www.europeecologie.fr/

———————————————————

PARIS, 19 décembre 2008 (AFP) – Le rassemblement Europe Ecologie, constitué autour des Verts, de Daniel Cohn-Bendit, de José Bové et des proches de Nicolas Hulot, a dévoilé vendredi une partie de ses têtes de liste et de leurs « deuxièmes » pour les élections européennes de juin 2009.

Les Verts qui préciseront le 17 janvier le nom de leurs représentants, auront quatre têtes de liste sur les huit régions aux Européennes. « Ce n’est jamais simple ce genre de décisions », a admis Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, lors d’un point-presse. Mais « l’ensemble de ces candidatures et de ces personnalités montre à quel point l’écologie politique est diverse et à quel point elle est capable de se rassembler à l’occasion de cette échéance essentielle », s’est-elle félicitée.

Le Mouvement écologiste indépendant (MEI) d’Antoine Waechter n’obtient pas de tête de liste mais « reste dans le rassemblement, ce que nous voulons tous », a déclaré M. Cohn-Bendit, en présence de José Bové.

Dans chaque région, la parité femmes-hommes est respectée, notamment entre la tête de liste et son second. « Dany », co-président du groupe Verts au Parlement européen et l’ex-magistrate Eva Joly seront respectivement numéros un et deux de la liste écologiste en Ile-de-France. M. Cohn-Bendit doit formellement être désigné par les militants Verts d’ici janvier mais leur choix ne semble faire aucun doute.

Le leader paysan et ex-candidat à la présidentielle, José Bové conduira le mouvement dans le Sud-Ouest.

Dans l’Ouest, Yannick Jadot, ancien responsable des campagnes à Greenpeace et cofondateur d’Europe-Ecologie, sera tête de liste aux côtés d’une membre des Verts.

Dans l’Est, Sandrine Bélier, 35 ans, ex-directrice de France nature environnement (FNE) sera la benjamine des têtes de liste, avec un Vert en second.

Dans le Centre, c’est Jean-Paul Besset, un proche de Nicolas Hulot, qui représentera Europe-Ecologie, secondé par une candidate des Verts.

Une candidate Verts, peut-être la députée européenne Hélène Flautre, sera associée à un candidat issu du milieu associatif, dans le Nord.

Une autre Verts qui pourrait être Michèle Rivasi (adjointe au maire de Valence), sera tête de liste dans le Sud-Est.

La Fédération Régions et Peuples solidaires devrait récolter une « deuxième place » sur une liste écologiste dans le Sud-Ouest ou le Sud-Est. François Alfonsi, porte-parole des autonomistes corses, pourrait être numéro deux dans le Sud-Est.

Pour l’outre-mer, la tête de liste sera un Verts.

Europe-Ecologie appelle dans son manifeste « Changer d’ère » à orienter « progressivement les activités vers une réduction de l’empreinte écologique, impliquant des nouvelles façons de consommer, produire, se déplacer, travailler, échanger, innover, habiter les villes et les territoires et de faire ensemble société ».

Depuis son lancement, l’appel au rassemblement des écologistes (www.europeecologie.fr) a été signé par plus de 4.000 personnes. Environ 60 comités locaux se sont mis en place à travers la France.

jud/tp/asl

© 1994-2008 Agence France-Presse

Cedric Europe, Les Verts , ,

L’extrême gauche et le congrès des Verts

19/12/2008

Vous ne connaissez probablement pas le énième groupuscule d’extrême gauche (et oui, encore un!) M’PEP (mouvement politique d’éducation populaire). Ce mouvement m’envoit des mails (très) régulièrement sur une boîte mail que je ne lis quasiment plus. Je ne sais pas comment ils ont eu mon mail et je n’ai pas (encore) pris le temps de demander qu’ils m’enlèvent de leur mailing.

Intrigué par le titre d’un de ces mails évoquant le congrès des Verts, je suis tombé sur un modèle de désinformation (même Sylvia Zappi fût plus honnête… c’est dire!). Je reproduis ici l’extrait de ce mail qui parle d’Europe Ecologie:

Alors que les Verts, dans les mots, se « positionnent » désormais à gauche, dans les faits ils participent à la division de la gauche. C’est ainsi que les Verts ont décidé de présenter une liste aux élections européennes de juin 2009, sans faire le moindre effort pour tenter de participer à une liste d’union de la gauche de gauche. De plus, cette liste est un véritable bric-à-brac sur laquelle on retrouve quelques animateurs des Verts, mais surtout une dirigeante du MoDem, un retraité de l’altermondialisme, un politicien de centre droit (Daniel Cohn-Bendit)… Les électeurs le manqueront probablement pas de juger avec sévérité cette attitude.

Juste 3 commentaires:

  • La dirigeante du MoDem se cache vraiment bien;
  • j’aimerais que le centre droit soit aussi à gauche que Daniel Cohn-Bendit;
  • ils ne savent plus quoi inventer quand il s’agit de s’en prendre à leur ancien ami José Bové…

Vous n’aurez pas trop de mal à trouver d’autres articles de ce genre…Il faut dire qu’Europe Ecologie risque de faire de l’ombre à tous les nouveaux partis de la vieille gauche de la gauche!

Pour rejoindre les plus de 4000 signataires, ça se passe là bas: http://www.europeecologie.fr

Cedric Gauche, Les Verts , , , , ,

Retour sur le congrès de Lille

09/12/2008

Mon premier congrès des Verts aura été un bon congrès. Un bon congrès car il a été apaisé et qu’il a permi la stabilité, comme le souhaitait la motion que j’ai signée. L’essentiel est bien là, le parti est rassemblé et la campagne des européennes peut commencer sous les meilleurs auspices. Deux petits regrets toutefois:le fait que Bernard Jomier, à l’initiative de l’appel au rassemblement qui a débouché sur Europe Ecologie ne soit pas élu au CE (notre score de premier tour et la limite en nombre de franciliens ne le permettaient pas) et le fait que la motion Unir ne soit pas dans la majorité pour des questions de personnes plus que d’idées. Toutes mes félicitations à l’élue de Rassembler les écologistes, Changer les Verts au CE: Djamila Sonzogni, nouvelle porte parole des Verts.

Comme d’habitude, je vous dirige vers Adrien, Florent, Jean-Marc ou Franck pour lire l’avis d’autres militants présents au congrès. Et si vous en voulez encore (articles de médias et de blogs), wikio est votre ami! Vous pouvez aussi retrouver le texte de la motion de la majorité: l’Alternative écologiste et la composition du nouveau CE sur le site des Verts.

Je termine ce billet avec l’intervention du « militant de base » Noël Mamère à Lille:

Cedric Les Verts , , ,

Le congrès de Lille « en direct live »

05/12/2008

A part propager des rumeurs ou des informations erronées, twitter peut servir à beaucoup de choses. Comme Adrien, je vous propose de l’utiliser pour suivre le congrès des Verts qui aura lieu ce soir et demain à Lille. Rendez-vous sur mon twitter, celui d’Adrien ou encore le twitter « non officiel de l’AG ». Pour suivre ces 3 twitters à la fois, rien de plus simple: créez vous un compte et cliquez sur « Follow » sur ces 3 pages, en vous rendant ensuite dans votre « home », vous verrez les tweets postés par ceux que vous suivez. De quoi ne rien rater de l’AG!

Pour ce qui est du congrès, je reste sur la ligne que j’avais évoquée ici. Cependant, ADEP pourrait également faire partie de la majorité à condition de clarifier leur position sur le rassemblement et par exemple d’utiliser leur énergie à faire venir nos/leurs amis altermondialistes dans le rassemblement plutôt que de saisir la moindre occasion pour critiquer ce rassemblement! d’autant que leur texte a de bonnes choses à apporter au niveau des idées!

Pendant ce temps là, à Poznan:

Alors, pour agir, signez le manifeste d’Europe Ecologie, sans plus tarder!

Cedric Les Verts, Politique , , , ,

Deux vidéos: Cécile Duflot et Dany Cohn-Bendit

02/12/2008

Bonne intervention de Cécile Duflot sur France 3 à l’approche de notre congrès qui s’annonce apaisé et constructif!


Et Dany Cohn-Bendit nous explique ce qu’il appele le « Green Deal »: comment répondre aux crises sociale, environementale et démocratique?

Cedric Les Verts, Politique , ,

Lancement d’Europe Ecologie: premiers mensonges médiatiques

23/10/2008

Après le manifeste, le rassemblement des écologistes pour les élections européennes est officiellement né le 20 octobre avec un site web et une conférence de presse.

Le site web est plutôt pas mal, sous forme de réseau social/blog collectif et j’espère qu’il sera vite enrichi pour faciliter la constitution des comités locaux (grâce à la possibilité de contacter tous les signataires dans une zone géographique par exemple) et un outil permettant de créer des blogs pour ces comités locaux qui aient tous la même charte graphique. Déjà près de 1500 signataires! Rejoignez-nous vite: vous pouvez signer (rester anonyme est bien sûr possible) et/ou adhérer pour soutenir financièrement la campagne!

Les retours presse sont déjà énervants avec de nombreuses coquilles, inexactitudes voire des mensonges! Quelques exemples: j’ai lu sur le site web de TF1: « les écologistes créent un nouveau parti politique », ce qui est faux (ou alors, on nous a menti et il va falloir exclure un grand nombre de Verts (et pas des moindres) pour double appartenance!). Le « compte rendu » de Sylvia Zappi qui ne s’est (paraît-il) même pas donné la peine de se déplacer pour assister à la conférence de presse (peut-être parce qu’elle savait ce qu’elle écrirait). Elle « cite » Dany Cohn-Bendit qui promettrait aux Verts « des larmes et des pleurs » mais plusieurs personnes présentes à la conférence m’ont affirmé que cette phrase n’avait pas été prononcée! (et le pire c’est que l’expression est reprise en titre de l’article!). Chacun pourra vérifier lorsque la vidéo de l’intégralité de la conférence de presse sera disponible en ligne. Notons qu’il y a aussi des articles plus « neutres ». Par exemple, un autre article du Monde: Daniel Cohn-Bendit veut un green new deal

La blogosphère verte n’est pas en reste et le lancement d’Europe Ecologie est accueilli avec enthousiasme (Bix, Vert chez moi, Brest OuVert, Jean-Marc Brûlé, Catherine Candelier, Arlette Zilberg, Pascale Loget, …).

Il y a une volonté d’utiliser les possibilités du web actuel, (ce qui n’est pas pour me déplaire!): un groupe sur facebook, des vidéos sur dailymotion, un compte FlickR et même un twitter pour Yannick Jadot.

http://www.europeecologie.fr

Cedric Ecologie, Europe, Politique , , , , , , , ,

Changer d’ère

18/10/2008

Ci-dessous le manifeste pour les élections européennes, signé par Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly, José Bové, Jean-Paul Besset, Cécile Duflot, Antoine Waechter, Yannick Jadot, François Alfonsi et Pascal Durand. Le mouvement est lancé, reste à réussir ces élections en faisant une campagne dynamique, originale et efficace!

(Image: Wikimédia commons)

——————————————————————————————

L’histoire est en suspens, car la déraison s’est emparée du monde.
Comme en témoignent brutalement les dérèglements des mécanismes financiers, la croissance de la famine, l’aggravation des inégalités ou l’emballement du bouleversement climatique, l’humanité s’est mise en situation de perdre la maîtrise de son destin. Nous sommes parvenus à ce moment clé où tout peut basculer, jusqu’à l’irréversible, ou, au contraire, favoriser un sursaut pour construire une nouvelle donne dont l’Europe deviendrait le creuset.

Soit la trajectoire d’effondrement dans laquelle s’inscrit la mondialisation du tout-marché et de la prédation aveugle se prolonge, et l’on verra la conjonction des crises – écologique, énergétique, alimentaire, financière, économique, sociale, identitaire – précipiter la planète dans une régression sans précédent ; soit les sociétés humaines se ressaisissent, refusant la spirale de l’excès, des fractures sociales et du découplage avec la nature, et alors surgiront les forces porteuses des réformes nécessaires pour échapper au chaos et tracer l’horizon d’une nouvelle espérance.
Il est urgent de se rassembler pour y concourir. Ni demain, ni peut-être. Maintenant et résolument !

Ne rien faire ouvrirait la porte à des politiques autoritaires pour gérer les pénuries ou les conséquences des migrations d’origine climatique. Agir, c’est éviter la barbarie pour choisir la civilisation.
Nous n’avons plus le temps. Tous les indicateurs sont au rouge. Notre modèle de développement est pulvérisé par les faits ! Aveuglé par l’idéologie de la croissance sans limites, dopé par le laisser-faire du libéralisme, le système productiviste fonce tout droit vers la catastrophe, tel un bateau ivre. Partout l’insécurité sociale grandit. Le progrès perd son sens au profit d’une montée de l’insignifiance et d’une destruction du vivant. L’humanité avance vers son désert.

[…] Une autre politique est possible : celle de la responsabilité. Le devoir d’équité universelle, l’attachement au vivant sous toutes ses formes, la nécessité de réduire l’empreinte écologique sur les ressources et les équilibres naturels commandent de changer d’ère. Il faut entrer sans plus tarder dans un nouveau monde, celui d’une profonde mutation écologique et sociale de civilisation. Celle-ci s’appuiera sur les valeurs de sobriété, de mesure et de modération, de partage, de solidarité et de démocratie, a contrario des aliénations marchandes et des violences économiques qui contaminent les écosystèmes, déstructurent les sociétés, écrasent les diversités culturelles et broient les individus dans la compétition du toujours plus et les frustrations permanentes.

D’abord, il faut rompre ! Rompre, c’est s’en prendre enfin aux racines […]. Agir sur les structures de nos sociétés et travailler en même temps à une insurrection des consciences, voilà les deux défis à relever pour éviter une désagrégation tous azimuts et, au final, la défaite de l’homme.

L’urgence commande donc de réunir les conditions collectives pour que la trajectoire humaine s’engage sur une autre voie. Autre projet de société, autre modèle de civilisation… le chemin passe par la refondation progressive et pacifique de nos manières d’être et de vivre, ensemble et individuellement.

b[[…] Nous n’affichons ni lendemains qui chantent ni programmes miracles.]b Nous affirmons seulement un autre choix : celui d’une nouvelle régulation, fondée sur l’impératif écologique et social, dont la déclinaison devra être établie démocratiquement dans chaque domaine impliquant la communauté humaine. Notre démarche consiste à opposer pied à pied des alternatives aux logiques destructrices et spéculatives, à trier entre ce qui est possible et ce qui ne l’est plus, à rassembler les énergies pour que la société s’engage dans une transition vers un monde qui, à défaut d’être parfait, restera viable pour tous et se montrera plus juste au plus grand nombre.

L’enjeu est tel et son urgence si prégnante que nous ne pouvons plus consentir à la tradition des jeux de rôle auxquels la représentation politique se complaît, avec ses rabâchages traditionnels qui pétrifient le futur et ses crispations claniques qui dévalorisent les consciences. Quels que soient leurs référentiels idéologiques, les partis politiques dominants bégaient devant les défis du nouveau siècle, refusant l’obstacle du grand tournant nécessaire. Ils restent liés à un type de développement insoutenable, fondé sur le mythe d’une progression exponentielle des richesses et, au final, sur le diktat absurde de la croissance pour la croissance. Chacun à leur façon, ils persévèrent dans la reproduction de mécanismes de plus en plus aliénants qui consacrent la domination de l’avoir sur l’être et de l’économique sur le politique.

Vivre avec son siècle consiste aujourd’hui à prendre conscience que l’âge du gaspillage et de l’inconséquence est terminé, que l’autorégulation du marché est un mirage, que la réalité est désormais surdéterminée par la crise écologique et l’approfondissement des inégalités sociales.
[…]

C’est pourquoi il s’agit de développer un nouvel espace politique au sein duquel ceux et celles qui se rassemblent dans leur diversité traceront la perspective d’un nouveau projet de société. Celui-ci n’est pas hors d’atteinte. Il repose sur l’aspiration grandissante des populations à vivre autrement que dans l’accumulation, le factice ou les dettes et sur la montée de l’exigence citoyenne pour une répartition équitable des richesses et un juste échange entre les peuples.

Ce modèle alternatif n’est inscrit dans aucun dogme ni bréviaire, même s’il est attaché aux meilleures traditions humanistes, en particulier l’opposition radicale au racisme, à l’antisémitisme, au sexisme et à toute forme d’ostracisme et de domination. Il se construira pas à pas, à partir des besoins de bientôt 7 milliards d’individus, de l’intérêt collectif des peuples de la Terre, de la protection des biens communs et de l’extension des services publics, du partage des ressources et du respect des équilibres du vivant. Il se fondera sur les valeurs de justice sociale et de solidarité planétaire, de sobriété et de conscience des limites, de droits humains et de dialogue démocratique. Il orientera progressivement les activités vers une réduction de l’empreinte écologique, impliquant de nouvelles façons de consommer, de produire, de se déplacer, de travailler, d’échanger, d’innover, d’habiter les villes et les territoires et de faire ensemble société. Il encadrera rigoureusement les mécanismes du marché et leurs prolongements financiers. Il stimulera la recherche scientifique et la créativité industrielle selon une perspective compatible avec les besoins réels et les limites de la biosphère.

A nouveau projet de société, nouvelle régulation économique et sociale. Il s’agit de penser l’organisation de la société selon le principe de durabilité, intégrant à la fois l’impératif écologique et celui de la justice sociale : durabilité des ressources et des équilibres naturels, durabilité, dans leur diversité culturelle, des systèmes économiques de demain, des contrats sociaux et des modes de vie. Autrement dit, il s’agit d’engager des réformes incompatibles avec l’hégémonie productiviste et consumériste qui précipite les dégâts écologiques et sociaux à coups de dérégulation, de financiarisation, de marchandisation et
d’uniformisation.

Un nouvel espace politique porteur d’une nouvelle politique de régulation ne peut se concevoir d’emblée qu’à l’échelon européen puisque l’Europe est notre famille, et sans frontières puisque le monde est notre village.
[…]

L’Union européenne, malgré les aléas de sa construction et des pratiques trop souvent technocratiques, a bâti un espace de paix et de coopération entre les 27 Etats et les 83 peuples qui la composent. Elle a su s’interposer comme une force de conciliation dans les conflits. C’est un formidable acquis, une histoire positive, à rebours des visions archaïques ou souverainistes qui imprègnent encore ce continent qui était celui des guerres. Des cultures différentes démontrent qu’elles peuvent vivre ensemble et s’enrichir mutuellement dans un monde déchiré par la violence multipolaire et les replis nationalistes et communautaristes.

Plus que jamais, nous avons besoin d’Europe. Mais l’Union européenne n’apparaît plus comme une entité capable de réguler les équilibres mondiaux selon des critères de justice sociale et d’environnement. Ses dérives libérales tendent à l’assimiler à un simple épiphénomène d’une globalisation chaotique, voire même à un accélérateur de celle-ci. D’autant plus que les peuples boudent l’Europe parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans ses institutions sans visage. Comment s’en étonner, dès lors qu’on leur parle surtout de compétitivité et de concurrence, comme si le marché pouvait à lui seul tenir lieu d’horizon ? L’Europe est plus présente dans leur vie pratique que dans leurs cœurs. Ils attendent légitimement un projet qui les fédère et leur ouvre l’horizon.

Le moment est venu pour que les Européens s’emparent et s’identifient à la perspective politique d’une Europe solidaire et durable. En installant la mutation écologique et sociale comme colonne vertébrale de la communauté de destin des peuples européens, nous avons l’occasion de vivre mieux. A nous tous de la saisir !

Cedric Politique , , , , ,

Le CNIR vote le rassemblement!

13/09/2008

Aujourd’hui, le CNIR (Conseil National Inter Régional des Verts) se réunissait et il a voté à l’unanimité une motion qui déciderait de l’avenir des Verts dans le futur rassemblement des écologistes aux élections européennes.

Je n’ai pas assisté au CNIR donc je ne connais pas les détails de ce qui a été voté (amendements? conditions du rassemblement, etc…). Nous aurons probablement plus d’informations demain pendant la réunion organisée au local des Verts Paris (dès 10h, venez nombreux!) pour débattre de la motion déposée au prochain congrès des Verts par les initiateurs du rassemblement. J’espère aussi pouvoir entendre sur la Sonothèque (ou l’intranet) l’intervention de Dany Cohn-Bendit au CNIR sur l’accélération du cours de l’histoire de l’écologie politique.

Je pense que ce vote du CNIR est très important pour l’avenir des Verts et de l’écologie politique en France. Il y a quelques mois, nous étions nombreux à être sceptiques ou méfiants. Aujourd’hui, nous savons que le rassemblement va se faire! Les négociations seront difficiles, je l’ai déjà évoqué, mais ce qui est important c’est que tous les écologistes de France fassent campagne pour la même liste aux élections européennes. Faisons une belle campagne pour porter un maximum d’écologistes au parlement européen. Nous pourrons alors constater le changement de la politique européenne en matière écologique, sociale et démocratique!

Suite à la décision du CNIR, Dany Cohn-Bendit a annoncé qu’il était candidat à la candidature aux élections européennes pour les Verts en France (dans le cadre de ce rassemblement).

Cedric Ecologie, Europe, Les Verts , , ,


Warning: fsockopen() [function.fsockopen]: unable to connect to twitter.com:80 in /mnt/154/sda/0/9/lepanoptique/wp-includes/class-snoopy.php on line 1142