Archive

Articles taggués ‘économie’

Que faire? (Daniel Cohn-Bendit)

26/04/2009

Que faire? (Petit traité d’imagination politique à l’usage des Européens) est le dernier livre de Dany Cohn-Bendit. Il présente les principales idées de Dany Cohn-Bendit sur l’Europe et sur les solutions qu’elle pourrait apporter aux différentes crises (économique, écologique, …).

Le livre est plutôt intéressant, même s’il réserve relativement peu de surprises au militant écologiste. Quelques passages, qui traitent de sujets chers à Dany Cohn-Bendit comme le multiculturalisme ou les institutions européennes par exemple, sont passionants. Pour ma part, j’ai vraiment apprécié le chapitre sur la « société pollen » (théorisée par l’économiste Yann Moulier-Boutang). Sur cette question, je vous renvoie vers cet extrait du livre et aux livres de Yann Moulier-Boutang (je vais me procurer Le capitalisme cognitif et consacrer un billet à la société pollen quand je le pourrai!).

Pour aller plus loin, un blog du livre a été créé (mais malheureusement, il y a très peu de contenu). On préférera donc le twitter de Dany et le site d’Europe Ecologie.

Cedric Lectures , , , , , ,

Fourre-tout de fin d’année

31/12/2008

Un dernier fourre-tout, avant de quitter 2008 (bon débarras…)

Un communiqué des Verts sur les chiffres du chômage, repris par l’AFP hier

Hausse du chômage : les Verts attaquent (AFP, 30/12/2008)

Les Verts ont souligné que la hausse de 3,2% du nombre de demandeurs
d’emploi en novembre (+64.000) en fait « l’un des pires mois de ces
trente dernières années ». « Nicolas Sarkozy a beau brasser beaucoup
de vent et multiplier ses plans de relance contradictoires, son
bilan ne cesse de s’alourdir », souligne la secrétaire nationale du
parti écologiste Cécile Duflot dans un communiqué. « 64.000 chômeurs
de plus en novembre, 160.000 chômeurs supplémentaires au total en
quatre mois, la situation est devenue dramatique pour des milliers
de travailleurs », écrit Mme Duflot.

Selon elle, « la crise financière n’est pas la seule responsable de
cette catastrophe » et « Nicolas Sarkozy porte une lourde
responsabilité », avec notamment la défiscalisation des heures
supplémentaires. « La France est le seul pays au monde où une heure
supplémentaire coûte moins à l’employeur qu’une heure normale.
Résultat, malgré la crise, à cause de Nicolas Sarkozy les
entreprises préfèrent recourir aux heures supplémentaires plutôt que
d’embaucher », estime Mme Duflot.

« A cause de Nicolas Sarkozy, nous avons donc d’un côté des chômeurs
de plus en plus nombreux et de l’autre des salariés pressurés qui
doivent travailler plus pour essayer péniblement de gagner autant ce
qui ne leur permet pas de vivre dignement », poursuit-elle. Pour la
responsable des Verts, « face à une crise globale il faut changer de
modèle: il faut « partager le travail pour le bien de tous et que
chacun puisse équilibrer sa vie ».

Comité local Europe Ecologie dans le 13ème arrondissement

Le rassemblement des écologistes devient de plus en plus concret et proche de « la base ». Le réseau social du site Europe Ecologie sera lancé très prochainement et les comités locaux se sont déjà créés un peu partout. Pour ce qui est du 13ème arrondissement, nous organisons une petite réunion pour faire connaissance entre signataires et préparer les premières actions. Voici le texte envoyé hier aux signataires du 13ème:

Bonjour,

Face aux crises écologique, sociale, alimentaire, énergétique,
économique, financière, il y a urgence à agir !

Nous avons signé l'appel pour le rassemblement Europe écologie.
Nous faisons partie du groupe local des Verts du 13ème arrondissement.
Nous invitons tous les signataires du 13ème arrondissement à se
rencontrer le 21 janvier à partir de 20h Chez Trassoudaine (Chez
Trassoudaine - 3, place Nationale - 75013 Paris
http://www.cheztrassoudaine.com/).

Cette rencontre sera l'occasion de faire connaissance, de préparer
l'organisation du comité local et de prévoir les premières actions de la
campagne des europénnes dans le 13ème.

Nous préparons l'ordre du jour de cette réunion et nous vous invitons à
nous faire part de vos suggestions et propositions.

Amicalement

Toujours en ce qui concerne Europe Ecologie (soyez un des derniers signataires de 2008, ça se passe par là: http://www.europeecologie.fr), Florent nous fait un petit récapitulatif assez complet que je vous invite à lire.

Pour finir, une dernière pétition à signer pour 2008

Signez « Non à la F1 en Ile-de-France, oui à l’éco-région francilienne »

Voilà, je m’arrête là pour cette année!

Cedric Fourre-tout , , , ,

Fourre-tout très varié

07/10/2008

Pas vraiment le temps et vraiment pas le moral pour faire mieux qu’un fourre-tout aujourd’hui:

Cedric Fourre-tout , , , , ,

Quand Sarkozy ne tient pas ses promesses…

29/09/2008

Il est toujours bon de se plonger dans les archives et de lire ce que disaient/écrivaient les politiques il y a quelques temps. Ca permet à la fois de se faire une opinion sur la qualité des décisions qui auraient pu être prises et de vérifier que les promesses ont été tenues. Voici comment le candidat Sarkozy proposait au printemps 2007 de relancer la croissance économique en France:

« Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d’Europe. Or, une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui ne croit pas en l’avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C’est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages et que l’Etat intervienne pour garantir l’accès au crédit des personnes malades. Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement. »

Un peu plus d’un an plus tard, on peut se dire qu’heureusement Nicolas Sarkozy a préféré d’abord tenir les promesses faites aux riches avec son paquet fiscal!

Le pire c’est que c’est ce même homme qui, la semaine dernière à Toulon, promettait de protéger les français de la crise financière causée par les subprimes et se posait en sauveur du monde (Président de la République française et Président de l’UE, ça ne lui suffit pas!). Et ça ne choque personne?

Quand Sarkozy ne tient pas ses promesses, ça nous réussit pas mal. On en concluera ce qu’on voudra!

Cedric Politique , ,

Conférence Utopia: le revenu universel

17/09/2008

Hier soir, j’ai assisté à une conférence Utopia: « Quelles sont les options concrètes pour le revenu universel et sa mise en oeuvre? ».

L’économiste Yoland Bresson a fait un exposé très clair, très intéressant sur ce qu’il appelle le « revenu d’existence ». L’objectif de ce revenu universel et inconditionnel n’est pas d’éradiquer la pauvreté mais il est de changer les perspectives, de changer totalement le système en créant de la liberté. Selon Yoland Bresson, la société toute entière change avec la mise en application de ce revenu d’existence (cela fera l’objet de son prochain livre). Ce revenu est calculé sur une base « objective »: le fonds de la richesse commune qui provient du capital matériel et humain social. Autrement dit, les échanges de temps entre les individus créent de la richesse et cette richesse n’est actuellement pas comptabilisée dans l’économie actuelle. D’après Yoland Bresson, ce fonds de richesse commune correspond à 14,4% du PIB. En divisant cette somme par le nombre d’habitants, on obtient le chiffre de 330€ par mois et par personne aujourd’hui en France. C’est la valeur du revenu d’existence. Ce qui fait selon moi la force de l’argumentaire de Yoland Bresson c’est que ce fonds de richesse commune tend à augmenter dès qu’on met en place le revenu d’existence. En effet, chacun a intérêt à multiplier ses « échanges de temps » et à éviter ce qui risque de faire baisser le fonds de richesse commune. Par exemple, le fait d’agir négativement sur l’environnement fait qu’on s’appauvrit dans le futur. Les gens qui ont peu de revenus ont encore moins intérêt que les autres à ce que cette richesse commune baisse! L’autre intérêt de ce revenu d’existence est qu’il n’est pas une allocation. Contrairement aux allocations de type RMI, on ne marque pas les gens comme « pauvres » étant donné que chacun a droit à ce revenu. La mise en place de ce revenu doit se faire, selon Yoland Bresson, sans qu’il y ait d’importants effets collatéraux sur l’économie telle qu’elle fonctionne aujourd’hui: le pays mettant en place ce revenu doit pouvoir rester compétitif, etc etc… Je suis par contre plus sceptique sur la méthode proposée par Yoland Bresson pour la mise en place progressive de ce revenu mais mes maigres connaissances en économie ne me permettent pas d’avoir un jugement clair sur la question.

Le premier discutant était Denis Baupin, adjoint au maire de Paris chargé du développement durable, de l’environnement et du plan climat et tête de liste des Verts lors de la campagne municipale. Il était invité pour parler de la proposition de « revenu parisien universel« . L’objectif était de faire financer par la ville une aide pour ne laisser aucun parisien en dessous du seuil de pauvreté (817€ à Paris). Denis Baupin a également exposé ce qui était, selon lui, important lorsqu’on parle de revenu universel: un tel revenu apporterait une certaine robustesse sociale à l’approche des crises à venir; un tel revenu doit être universel également au point de vue géographique: il doit être mis en place au niveau global, mondial et serait un outil pour réguler des phénomènes mondiaux (par exemple, les futures vagues d’immigration dûes au réchauffement climatique).

Le deuxième discutant était Baptiste Mylondo, membre d’Utopia qui a écrit un livre sur ce qu’il appele le « revenu inconditionnel ». Il a d’abord énuméré les principaux écueils à éviter lorsqu’on parle de revenu universel: montant trop faible, revenu universel « sous-condition de ressource », système de l’impôt négatif, … Il a ensuite donné une méthode de financement de ce revenu universel qui lui semblait tout à fait crédible mais qui ferait hurler n’importe quel modéré! (augmentation de l’impôt sur le revenu de 50% ou de la CSG de 25%!!). En tous cas, moi je n’ai pas été convaincu et je pense qu’exposer la chose de cette manière tuerait cette belle idée dans l’oeuf en provoquant des levées de bouclier.

Ce qui m’a le plus marqué lors de cette conférence c’est l’aspect « idéologique » du revenu universel, le fait que la mise en place du revenu universel nous fait entrer dans un nouveau système qui nie le chômage comme problème et permet de sortir de ce système de course à la croissance et au plein emploi perdu (jamais atteint depuis 30 ans). La question mérite d’être creusée. Peut-être avec cet article ou le livre de Yoland Bresson?

Cedric Général , , ,

Ecologistes / PS: l’impasse?

15/09/2008

Cela fait plus d’un an que j’ai quitté le PS et je reçois encore « l’hebdo des socialistes » (l’organisation d’un parti politique est certes compliquée mais le PS atteint des sommets: je n’ai presque jamais reçu l’hebdo étant militant et je le reçois depuis que j’ai quitté le parti!). En sortant aujourd’hui l’hebdo de ma boîte aux lettres, j’ai regardé rapidement sa couverture: une nuage de mots en forme de France avec comme gros titre « ETAT D’URGENCE ». « Pas de bol »? le premier mot sur lequel je suis tombé est « croissance ». Il faut dire que le mot est au centre de la page en gras. Ce n’est qu’un exemple amusant mais je le trouve symptomatique de la situation du PS: coincé dans ses querelles intestines, le PS ne sait plus penser. Malgré ce que clamait haut et fort Delanoë lors de sa campagne municipale, le premier parti de gauche n’a plus « un temps d’avance ». Malgré les intellectuels de talent qu’il a à ses côtés, il reste enfermé dans ce dogme de la croissance, du productivisme, sans même remettre en question ce qu’il considère comme acquis: « croissance = progrès = bonheur« .

Alors certes, la gauche « de gouvernement » (même si ça fait des années qu’on ne l’a pas vue au gouvernement) s’est réunie à la fête de l’Huma ce week end mais pour faire comprendre l’urgence de la crise à nos « partenaires », le chemin est encore long, très long…

Cedric Gauche , , ,

Une raison d’espérer (de Jacques Généreux)

19/08/2008

Jacques Généreux est économiste et membre du parti socialiste, plutôt à gauche du parti. L’ouvrage que je vous présente ici a été publié il y a plus de 10 ans (en 1997) mais il est toujours d’actualité (peut-être plus encore sous Sarkozy). Le sous-titre du livre est « L’horreur n’est pas économique, elle est politique » en réponse au livre de Vivianne Forrester L’horreur économique. Le propos de Jacques Généreux est de montrer que l’horreur dans laquelle nous vivons (précarité, chômage, …) n’est pas dûe à des contraintes économiques extérieures (mondialisation…) mais dépend de nos choix politiques. L’analyse de la situation est vraiment brillante sur les raisons de la « résignation » des politiques et du manque de confiance des citoyens pour leurs dirigeants; sur les différentes erreurs qui nous ont mené là où en sommes aujourd’hui. Malgré celà, et comme son titre l’indique, le livre nous invite à espérer et quelques propositions de bons sens (réformes des institutions et de la vie politique selon 3 principes: transparence, évaluation indépendante et responsabilité).

Un petit extrait pour terminer:

On devrait consulter les experts sur les moyens employables et les citoyens sur les fins souhaitables. Or bien souvent, on fait le contraire! (…) C’est un peu comme si, au lieu de nous consulter sur l’opportunité d’un nouveau centre commercial et d’interroger les architectes sur la profondeur optimale de ses fondations, on faisait l’inverse!

Il faut lire ce livre! Pour ma part, je compte vite me procurer le dernier ouvrage de Jacques Généreux dont on dit beaucoup de bien ici et là: La Dissociété.

Cedric Lectures , , , ,

Vers l’abîme ? page 123, lignes 5-10

10/08/2008

J’ai été tagué par Vert chez moi… Il s’agit de:

1- citer la personne qui vous a “tagué”
2- indiquer le règlement
3- choisir un livre, l’ouvrir à la page 123
4- recopier à la 5ème ligne, les 5 lignes suivantes
5- indiquer titre, auteur, éditeur, année d’édition
6- taguer 4 personnes et les prévenir sur leurs blogs

Voici donc une citation, d’actualité, tirée de Vers l’abîme? d’Edgar Morin, important philosophe et sociologue français. (malheureusement pas toujours facile à lire)

« Le risque économique; l’interdépendance propre au marché mondialisé détermine une fragilité, aggravée par l’absence de vrai système de régulation; une crise généralisée, devenue envisageable, serait le bouillon de culture de nouvelles dictatures, voire de totalitarismes, comme le fit la crise de 1929.« 

Extrait de Vers l’abîme ? Par Edgar Morin. L’Herne. 2007.

C’est maintenant au tour de Franck, Julien, Adrien et Lunatic!

Et comme c’est aujourd’hui le jour du seigneur (et que j’ai toujours eu du mal à faire des choix), j’ai envie de vous faire partager une autre citation, tirée cette fois du Traité d’athéologie de Michel Onfray:

« Les chrétiens affirment que le monde a 4000 ans, ni plus, ni moins. Les scientifiques prouvent l’existence d’un monde avant leur monde. La science a tort… La géologie, une discipline fiable? Impossible. »

Cedric Lectures , , , , ,


Warning: fsockopen() [function.fsockopen]: unable to connect to twitter.com:80 in /mnt/154/sda/0/9/lepanoptique/wp-includes/class-snoopy.php on line 1142