Archive

Archives pour 07/2008

Un peu de propagande!

30/07/2008

« Ecoterroristes » ?

29/07/2008

Les médias (journaux papiers, télévisés, radios, internet…) parlent depuis quelques jours des actes terroristes revendiqués par l’ALF (Animal Liberation Front) et en particulier de l’incendie du laboratoire Charles River à Saint-Germain-sur-L’Arbresle dans le Rhône. Le traitement de cette information diffère selon les médias mais dans quasiment tous les cas, les terroristes sont qualifiées d’ « écoterroristes », de « terroristes verts » ou d’ « écologistes de l’extrême ». Quel est le lien entre ces gens et ces actes et l’écologie politique? Ces terroristes sont-ils vraiment écologistes?

Il faut tout d’abord remarquer que l’ALF ne s’intéresse (comme son nom l’indique) qu’à la protection des animaux qui est un champ très restreint de l’écologie politique. Certes, il faut encadrer les expérimentations et empécher les dérives car les animaux ne peuvent pas être considérés comme des objets, mais ce n’est qu’une petite partie des revendications et des idées écologistes. Je ne crois pas que les écologistes soient opposés aux expérimentations animales mais ces expérimentations devraient être limitées aux découvertes scientifiques et non aux intérêts d’industriels (pour les produits de beauté par exemple)

Faire l’amalgame entre ces terroristes et les écologistes est dangereux! celà revient à (comme au « bon » vieux temps (encore que certains continuent encore à utiliser ce genre d’ « arguments » aujourd’hui)) mettre dans le même paquet le socialisme et le stalinisme ou la droite et le fascisme… ça permet d’éviter le vrai débat d’idées, ce qui fausse le « jeu » démocratique…

En ce qui me concerne, je suis écologiste mais je ne me reconnais pas du tout dans ces actes terroristes et je ne pense pas avoir plus de proximité avec ces gens qu’avec Sarkozy… Certes, je suis végétarien mais ce n’est pas par excès d’empathie animale (même si je pense que les conditions d’élevage de notre agriculture productiviste sont intolérables) mais parce que la (sur)consommation de viande cause aujourd’hui de gros dégats écologiques et qu’on pourrait limiter la faim dans le monde en réduisant notre (votre!) consommation de viande!

Cedric Ecologie, Ras le bol ,

Qui est présidentiable?

28/07/2008

Depuis qu’on parle du congrès de Reims, on entend sans arrêt les journalistes qualifier les divers prétendants au poste de Premier Secrétaire du PS de « présidentiable » ou de « pas présidentiable ». Mais quelle est la définition de ce terme? (qui n’est pas un mot du français soit dit en passant)

Supposons alors qu’est présidentiable toute personne qui peut devenir Président. Que disent les textes de loi?
La loi organique du 6 novembre 1962 (modifiée le 5 avril 2006) nous dit quelles conditions doit on remplir pour se présenter à la Présidence:

  • avoir la nationalité française ;
  • être électeur et âgé d’au moins 23 ans ;
  • avoir satisfait aux obligations relatives aux textes sur le recrutement de l’armée (avant la fin du service militaire, il suffisait au candidat d’avoir été recensé, mais il ne devait pas nécessairement avoir effectué son service militaire) ;
  • faire preuve de « dignité morale », sans que cette notion soit précisément définie.

Dites donc ça en fait du monde ça au PS!!! Visiblement, ça ne suffit pas… Essayons alors de trouver quels critères objectifs sont utilisés par nos médias pour qualifier les uns et les autres de présidentiable ou non? Sont souvent considérés comme présidentiables: Ségolène Royal, Bertrand Delanoë, François Hollande, Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn. Martine Aubry semble être un cas particulier classé tantôt comme présidentiable tantôt pas!

Essayons de trouver quelles caractéristiques ont ces 5 personnalités que n’ont pas leurs petits camarades:

  • Avoir été Ministre? je peux me tromper mais il me semble que ni Bertrand Delanoë ni François Hollande n’ont été Ministre; (et qu’en est-il de tous les autres anciens Ministres socialistes?)
  • ou Maire d’une grande ville? ce qui ferait entrer Bertrand Delanoë dans la catégorie présidentiable mais pas encore François Hollande; (et qu’en est-il de Gérard Collomb?)
  • ou Premier Secrétaire? ah on y arrive!

La « présidentiabilité » (ou « présidentialitude ») serait donc quelque chose qui nécessite l’une de ces 3 conditions plus un petit quelque chose (oui, il faut le « petit quelque chose » car des personnalités comme Elizabeth Guigou ou Gérard Collomb par exemple seraient aussitôt propulsés au rang de présidentiables!) Dès qu’on y réfléchit un petit peu, on se rend compte que sont présidentiables ceux que les médias ont désignés comme tels et que ce mot n’a en fait aucun sens. Cependant, il est bien pratique pour opposer des camps et rendre binaire un congrès où les personnalités et les contributions sont pourtant plutôt nombreuses. Je pense qu’il est aussi très pratique au sein du PS où les « jeunes » (oui, 40 ans bien passés c’est jeune au PS (désolé pour ceux d’entre vous qui ont la quarantaine mais j’ai cessé d’avoir le droit à mes avantages de « jeune » quand j’ai eu 26 voire 27 ans…)) peuvent s’opposer aux « anciens » en disant qu’eux ne sont pas présidentiables et n’ont pas d’ambition présidentielle et qu’il faut voter pour eux au congrès pour avoir un parti uni et qu’on réfléchira à la question du candidat en 2011 et blablabla (j’ai encore entendu Pierre Moscovici dire ça ce matin sur France Inter). En fait, tous (Pierre Moscovici, Manuel Valls, Julien Dray, Arnaud Montebourg et les autres…) veulent être le candidat du parti en 2012 et tous savent que celui qui sera élu Premier Secrétaire gagnera aussitôt le statut de présidentiable!!! En effet, qui contestera leur expérience? Certes ils n’ont pas été Ministres mais chacun d’entre eux a une expérience conséquente (plus de 10 ans, non?!) de parlementaire et/ou de maire et sont donc à mon avis tout aussi capables d’être Président de la République que leurs 5 ainés! Alors que la gauche américaine a désigné un homme qui n’est sénateur que depuis 3 ans comme candidat à la présidence, la gauche française serait archaïque au point de refuser de désigner un cinquantenaire ayant 15 ans d’expérience de parlementaire? Ce serait idiot.

Arrétons l’hypocrisie et que le meilleur gagne! J’espère simplement que celui-là traitera Les Verts avec respect et sans mépris car le pays aura besoin de l’alliance des verts avec le ps pour avancer dans la bonne direction!

Cedric Gauche , , , , , , , , , , ,

Que faire contre les lobbys?

26/07/2008

J’ai lu dans le dernier numéro de l’hebdomadaire Marianne (numéro 587) un très bon article sur la barrière que constituent les lobbys en matière d’environnement. Les lobbys vont à l’encontre de l’idée même de démocratie. En effet, ils cherchent à défendre des intérêts particuliers alors que dans une démocratie, c’est l’intérêt général qui devrait primer. Comment alors accepter que des petits groupes (constructeurs automobiles, semenciers, nucléocrates…) influent à ce point sur des décisions qui nous concernent tous et qui concernent aussi nos descendants?

L’article montre à quel point les lobbys sont puissants et influent sur toutes les décisions qui sont prises. En utilisant des manoeuvres plus ou moins illégales, ils retournent l’opinion de nos parlementaires (qui parfois ne demandent que ça), tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle européenne. Il suffit de voir ce qu’il est advenu du Grenelle de l’environnement pour se rendre compte que sans une volonté politique et une volonté populaire solides, il est difficile de prendre des décisions qui risquent de faire perdre le l’argent à ceux qui en ont déjà beaucoup. Chaque étape dans la prise de décision est une occasion d’intervenir pour les groupes de pressions.

A partir de ce constat, que faire? Comment contrôler, limiter ou empêcher l’action de ces groupes néfastes et dangereux? Visiblement les lois qui sont censées encadrer ces pratiques ne sont pas respectées… Je dois dire que je suis assez pessimiste sur ce sujet et que je ne vois pas vraiment ce qu’il est possible de faire. Une première piste est que les citoyens fassent eux même pression mais celà suppose des citoyens éveillés, informés et qui se sentent concernés. Il faut aussi (mais celà est lié) compter sur des parlementaires et des décideurs dignes de confiance, qui ont prouvé qu’ils étaient conscients de l’urgence écologique et de la nécessité d’agir aujourd’hui pour ne pas à avoir à subir des pertes (autant en terme de biodiversité et de santé qu’en matière d’économie…). Personnelement, je sais à qui faire confiance pour prendre les meilleures décisions pour défendre l’environnement. Et vous?

Cedric Politique , , , , , ,

L’éducation: un enjeu majeur pas comme les autres enjeux majeurs

25/07/2008

« L’éducation est un enjeu majeur », tous les politiques et les décideurs le clament haut et fort depuis des années… Cependant, il me semble qu’on continue de se voiler la face, de négliger ce problème. Si l’éducation est le plus important des problèmes c’est que tous les autres en découlent: égalité des chances, sécurité, économie, social, défense de l’environnement…

J’ai regardé il y a peu un documentaire qui était passé il y a longtemps déjà sur Canal+: Education nationale: un grand corps malade. Ce reportage propose de réfléchir à ce qui fait aujourd’hui les faiblesses de l’éducation en France, de l’école primaire à l’Université. Tout le monde ne sera pas d’accord avec moi mais je pense que la massification a tout de même fait baisser le niveau moyen pour un certain nombre de fondamentaux: maîtrise de la langue, mathématiques de base… Ma petite expérience d’enseignement à l’Université me l’a prouvé: certains des meilleurs étudiants font encore des fautes de français ahurissantes (et pourtant ma discipline ne demande pas beaucoup de rédaction…). Faut-il pour autant remettre en cause la massification et la démocratisation de l’éducation? bien sûr que non! L’objectif
de la République doit être de faire accéder tout le monde à un niveau « minimum ». Cependant, ce n’est pas ce niveau minimum qui doit baisser: ce serait une démission de l’école républicaine.

Le problème avec cette question de l’enseignement, c’est que dès qu’on remet en cause la façon actuelle d’enseigner, on passe pour un terrible réactionnaire qui veut retourner à l’école des années 50 (vous savez, avec l’enseignant qui frappe l’élève avec sa règle et tout ça!). Pourtant, il y a bien aujourd’hui un problème de respect de l’enseignant (à la fois par l’élève et par les parents). Ce respect ne doit pas passer par des sanctions de l’élève (comme dans l’ancien temps) mais plutôt par les connaissances que l’enseignant apporte aux élèves. C’est une nouvelle forme d’autorité par la compétence (écoutez à ce propos Eduquer pour une société durable sur le site des Verts). Le modèle finlandais présenté dans le reportage semble idéal mais (comme
par hasard) le reportage n’évoque pas les moyens financiers accordés à
l’éducation dans ce pays. Malheureusement, je n’ai pas trouvé
facilement cette information sur le web (décidemement google n’est pas si
efficace que ça et la recherche en traitement automatique des langues a encore de beaux jours devant elle!). Education nationale: un grand corps malade est aussi tout à fait édifiant en ce qui concerne la façon dont les hauts fonctionnaires du Ministère de l’Education Nationale bloquent toute tentative de réforme (l’exemple de la réforme pour la méthode de lecture syllabique est ahurissant!).

Au niveau des bémols, outre sa mise en scène un peu trop « à l’américaine » tout à fait dispensable, je trouve que le documentaire est un peu trop manichéen et orienté (revenir aux bonnes vieilles méthodes et laisser tomber tout ce qu’on a fait depuis des dizaines d’années). Pourtant, des études ont montré que tous les élèves ne réagissent pas de la même manière aux différentes façons d’enseigner et qu’il faudrait adapter l’enseignement au maximum au public, notamment pour l’acquisition des fondamentaux. Bien sûr, le problème devient alors les moyens qu’on met à l’éducation car les besoins en personnel augmentent alors… Mais, l’éducation des enfants de la République n’en vaut-elle pas la peine?

Pour vous faire votre propre opinion et en débattre ici même, je vous conseille de jeter un oeil à ce reportage (par exemple sur dailymotion: http://www.dailymotion.com/video/x42uj9_education-nationale-1-sur-11_politics). Et je ne résiste pas à l’envie de vous inciter de nouveau à écouter le très bon podcast de Jean-Marc Fert sur l’éducation et l’autorité (je viens de me rendre compte qu’il fait partie de toute une série de podcasts à propos de l’écologie et de l’éducation que je vais m’empresser d’écouter dès que possible!).

Cedric Politique , ,

Blogasty: un digg-like pas comme les autres!

24/07/2008

Comme il y a quelques jours avec ces fichus .doc, je déborde un peu de mes sujets « habituels » (et je créée par la même occasion une nouvelle catégorie d’articles intitulée « (Un peu) geek« : on se refait pas…)

J’ai découvert Blogasty hier via un article sur un autre digg-like (scoopeo) et j’ai vite été séduit. Il s’agit d’un outil de promotion de blogs par vote des utilisateurs (blogueurs eux aussi) qui peuvent facilement trouver des blogueurs qui parlent des mêmes sujets qu’eux via des groupes. L’utilisation est simple et efficace, la mise en ligne des articles est très rapide (via flux rss comme sur diggons). Pour plus d’informations sur Blogasty, je vous conseille de visiter le site en lui même, ou alors pour une description très brève la page Wikipedia sur blogasty ou alors cet article, ou encore celui-ci!

Si vous êtes blogueur et que vous ne connaissez pas les digg-like, je vous conseille d’y jeter un oeil: ces outils sont très pratiques pour faire venir sur son blog des gens qui n’y viendraient pas forcément (mais qui ne reviendront peut-être jamais). J’ai créé un groupe pour les blogueurs verts sur blogasty, rejoignez moi! Pour celà, voici un lien vers mon profil sur Blogasty: http://blogasty.com/lepanoptique-blog, mon profil sur diggons: http://www.diggons.com/membres/217/C%C3%A9dric et sur Scoopeo: http://www.scoopeo.com/membre/lepanoptique

Cedric (Un peu) geek , ,

Les Jardins Numériques

23/07/2008

J’ai assisté hier à un débat intitulé « Lorsque se croisent jardiniers et nouvelles technologies » à la Bibliothèque Nationale de France (ce débat fait partie d’un cycle « Nouvelles pratiques citoyennes autour du développement durable« ). Joseph Han, Pierre Bissery et Yan Vandeputte venaient nous parler de l’association Les Jardins Numériques.

Le but de cette association est de réduire la « fracture numérique » en permettant à des populations en difficulté (chercheurs d’emplois, personnes âgées ou d’origine étrangère…) d’accéder à un parc informatique et à des formations variées dans le domaine des NTIC (initiation à l’ordinateur ou à internet, cours de logiciels vidéos ou de création de site web…). Ces formations s’adressent également aux associations qui ont de plus en plus besoin de nouvelles technologies pour communiquer sur leurs activités. L’association est présente dans plusieurs arrondissements de Paris (principalement le 14ème et le 13ème mais aussi le 19ème). Les membres fondateurs de l’association ne sont pas des informaticiens, ce qui leur permet, selon eux, de parler un langage simple et compréhensible. Leur objectif est de mettre le pied à l’étrier à des personnes qui deviennent autonomes et forment à leur tour d’autres gens: le partage des savoirs est au coeur des activités des jardins numériques. Divers projets sont également portés par l’association: le portail des jardins partagés d’Ile-de-France Jardinons ensemble, un futur wiki multilingue sur l’accès au droit… Enfin, les « jardiniers numériques » ont une démarche « développement durable » en donnant une 2ème vie à des machines devenues trop peu puissantes pour d’autres activités.

Pour plus d’informations sur Les Jardins Numériques: http://www.jardins-numeriques.net/

Le programme du cycle de conférences à la BNF: http://www.bnf.fr/pages/zNavigat/frame/cultpubl.htm

Cedric 13ème arrondissement, Général , , , ,

Une réforme des institutions bien peu audacieuse…

21/07/2008

Encore une fois, l’éléphant accouche d’une souris… Après le Grenelle de l’environnement, la réforme des institutions voulue par Nicolas Sarkozy ne va pas bien loin…

Pire: elle va dans le mauvais sens! La seule mesure retenue par les grands médias est la possibilité pour le Président de venir s’exprimer devant l’Assemblée Nationale, soit une augmentation des pouvoirs du Président et la disparition de fait du Premier Ministre… Je ne suis pas contre le fait que le Président vienne s’exprimer devant le parlement mais celà doit s’accompagner d’une augmentation significative des pouvoirs et de la représentativité du parlement! Sinon, cette mesure se résume une nouvelle fois à la mise en valeur de son altesse Nicolas Sarkozy (à ce propos, j’ai vu au zapping que le 14 juillet un « journaliste » avait appelé Carla Sarkozy « Madame la Présidente » (mince, il y a eu des élections pendant mes séjours à l’étranger??!!)). Après tout, personne n’est dupe: c’est bien le Président de la République qui prend les décisions, qu’il aille les défendre devant les parlementaires ne me choque pas. Ce qui me choque c’est l’hypocrisie qui fait qu’on garde un Premier Ministre qui ne sert pas à grand chose (à part de fusible quand les choses vont mal…).
Un parlement indépendant, c’est un parlement qui ne subit pas de pressions de la part de l’exécutif. Un parlement qui peut faire son travail de législateur sans avoir peur de subir le courroux de l’exécutif. Un parlement qui propose lui même certaines lois. Un parlement représentatif, c’est un Sénat qui peut changer de majorité en moins de 10 ans et surtout une Assemblée Nationale élue en partie à la proportionnelle! Un parlement qui respecte un minimum la parité homme/femme et la diversité des citoyens de ce pays.

Et, qu’en est-il du droit de vote des étrangers aux élections locales? Je me souviens d’un Nicolas Sarkozy en campagne qui avait surpris tout le monde en se disant favorable à une telle réforme!

Rien non plus sur le cumul des mandats! (il faut dire que ça donnerait des boutons à une grande partie des députés de la majorité et à beaucoup de députés PS… autant mettre la réforme à la poubelle tout de suite!).

Bref, cette réforme n’apporte pas de grand changement et risque, comme le souligne Marianne, d’apporter à Nicolas Sarkozy une occasion de plus de donner l’impression d’avoir réussi un exploit en obtenant cette réforme.

Cedric Général, Politique , , , ,

Qui envoie encore des .doc ?

18/07/2008

Je déteste recevoir des documents en .doc! Pourquoi? Parce que je n’ai pas Micro$oft Word (à la fois parce que je travaille essentiellement sous linux et que parce que je ne suis pas prêt à payer une fortune un logiciel médiocre!). Le grand public l’ignore souvent mais il existe des alternatives à word comme par exemple Open Office (gratuit, libre et qui a les mêmes fonctionalités que micro$oft office).
De manière générale, le seul moyen de vous assurer que votre correspondant verra le fichier que vous lui envoyez exactement comme vous le voyez, c’est d’utiliser le format PDF (et pour ceux qui veulent continuer à utiliser word, il est possible de transformer un .doc en .pdf facilement!)

Un petit lien pour compléter ce billet: http://wiki.ekolo.org/comm:word_non_merci

Cedric (Un peu) geek, Ras le bol

Un signe qui ne trompe pas…

16/07/2008

Lu dans l’interview de Valérie Pécresse sur le site du Figaro:

Hausse du budget de son ministère : « C’est un choix
du président de la République » d’en faire un « budget prioritaire ». «
C’est la clé de notre croissance et de notre prospérité ». Valérie
Pécresse a précisé qu’un départ à la retraite sur six ne serait pas
remplacé pour le ministère de l’Enseignement supérieur et de la
recherche.

Voilà ce gouvernement qui ne lésine pas sur les effets d’annonce concernant la priorité de la recherche et de l’enseignement supérieur à l’action! Un poste sur 6 supprimé alors que les chercheurs, les syndicats et les associations répètent inlassablement qu’il manque d’argent et de postes!

Le gouvernement répondra sûrement que ces postes seront « remplacés » ou « compensés » par des postes sur projets… Pour dire les choses plus clairement, ces postes seront des contrats à durée déterminée, des contrats précaires pour des gens qui ont un bac+8 et qui ont travaillé dur pour ça… des gens qui ont 30 ans et qui en ont marre d’être envoyés d’un bout à l’autre de la France tous les ans selon les appels à projets… des « chercheurs jetables » en quelque sorte!

De quoi refroidir les jeunes qui se voyaient faire carrière dans la recherche! (pourtant, je croyais que le gouvernement souhaitait valoriser la profession et susciter les vocations… dans les faits, on voit bien qu’il n’en est rien!)

Cedric Politique, Ras le bol, Recherche et enseignement supérieur , , ,


Warning: fsockopen() [function.fsockopen]: unable to connect to twitter.com:80 in /mnt/154/sda/0/9/lepanoptique/wp-includes/class-snoopy.php on line 1142