Archive

Archives pour 06/2008

Mobilisation demain matin pour la défense du CNRS

30/06/2008

Communiqué intersyndical, du 29 juin 2007

Les organisations soussignées jugent que le contenu du projet de loi « portant organisation d’une nouvelle université » n’est pas acceptable, en dépit du retrait par le gouvernement de l’article de la loi sur la sélection en master sous la pression.

Ce texte institue une autonomie concurrentielle des universités et ouvre la porte à leur développement inégalitaire favorisé par la course aux financements et par le désengagement de l’Etat. Il met à mal les métiers des personnels, à commencer par ceux des enseignants-chercheurs, des chercheurs, et leurs conditions de recrutement. Il déroge gravement au statut de la fonction publique en autorisant les présidents d’université à recruter des personnels contractuels pour remplir des missions pérennes de service public, notamment pour des emplois techniques et administratifs. Il ne répond pas aux besoins de la société en matière d’enseignement supérieur et de recherche.

Les organisations soussignées dénoncent le refus du gouvernement, en dépit des promesses électorales d’engager un collectif budgétaire pour améliorer, dès la rentrée, les conditions d’études et de vie des étudiants, la situation des universités, de la recherche publique, de leurs personnels. Si ce collectif n’était pas voté cet été par le Parlement, elles prendraient toutes leurs responsabilités pour exiger ces moyens.

Pour toutes ces raisons, pour protester contre le vote en urgence du plan stratégique et exiger que la nouvelle organisation du CNRS soit largement débattue à l’automne 2008. Les organisations soussignées appellent les personnels à rester vigilants et à se rassembler

le mardi 1er juillet, à 9h30, au siège du CNRS et devant les délégations en régions

Dans la semaine du 2 au 6 Juillet, elles appellent les personnels et les étudiants à amplifier les actions d’interpellation du gouvernement et des parlementaires autour de ces exigences. Elles demandent au gouvernement et aux parlementaires d’entendre les exigences de la communauté universitaire mobilisée à l’occasion des Assises de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Elles appellent à des rassemblements dans les établissements et en régions.

Paris, le 29 juin 2007

FSU : SNESUP, SNASUB, SNCS, SNEP
UNSA : SUP’Recherche, SNPTES, A&I
CFTC : Inra
CGT : FERC-Sup, SNTRS
UNEF

Cedric Politique, Recherche et enseignement supérieur , , ,

Les USA, la hausse du prix des carburants et Hulk Hogan

19/06/2008

Dernier jour aux Etats-Unis: petit billet en direct de l’aéroport.

Ici, on parle beaucoup de la hausse du prix du pétrole: le sujet de conversation revient régulièrement, les compagnies aériennes changent les prix du transport de bagages, … Ce n’est pas étonnant car tout ici (encore plus qu’ailleurs) semble reposer sur le pétrole bon marché (par exemple, le moindre transport d’une ville à une autre se fait en avion et comme je le disais dans mon billet précédent, les villes sont construites pour les automobilistes: il n’y a quasiment pas de transports en commun ou alors ils sont chers, il y a peu de choses en centre ville, etc…). Et avec le dollar faible, l’effet est encore plus important… Peut-être que ça les incitera (comme en France) à changer leurs comportements mais ce sera long. Peut-être pas si long, je me souviens d’un reportage hier où ils montraient que les ventes de scooter étaient en forte augmentation, justement à cause de la hausse du prix des carburants!

Il est bien sûr aussi beaucoup question dans les médias de l’élection présidentielle (et d’une histoire concernant Hulk Hogan et sa famille…)

Cedric Général , , ,

Columbus, Ohio

16/06/2008

Je suis cette semaine à Columbus, dans l’Ohio pour participer à la conférence ACL. Après Marrakech il y a deux semaines, je pense que ce mois de juin 2008 multiplie par 2 l’empreinte écologique que j’avais accumulée jusqu’alors…

Il se passe plein de choses en France, notamment autour du démantellement du CNRS.

J’ai rencontré (le premier jour!) des militants pro-Obama, j’ai découvert la façon typiquement américaine de dessiner les villes (tout en lignes droites, il suffit d’une règle, des avenues immenses et pas grand chose à faire « downtown » pour les piétons… vive la voiture…). Ici, quand on parle d’écologie, on dit que c’est important parce qu’on a besoin d’énergie pour faire de la croissance économique (véridique, vu dans une pub à la télé…).




Ce voyage est plein d’enseignements… Stay tuned!

Cedric Général

Pour une Europe des peuples

13/06/2008

Les irlandais ont dit non au traité de Lisbonne. On risque d’avoir droit à des commentaires divers et variés. Le problème avec un référendum sur ce genre de traité un peu fourre-tout, c’est qu’il est difficile de distinguer quels critères ont amené au résultat. Chacun fera donc les commentaires qui l’arrangent… à commencer par moi!

La constante c’est que depuis 2005, quand on demande directement aux peuples européens de se prononcer par référendum sur ce traité (même les médias et la majorité n’osent plus dire que ce n’est pas le même traité), la réponse est non. Les 3 pays qui ont dit non à ce traité (la France, les Pays-Bas et l’Irlande) sont dans des situations très différentes et les raisons de leurs « non » sont très variées et différentes. En France, pays en crise économique, ce qui a fait la différence c’est qu’une partie importante du « peuple de gauche » a estimé que l’UE apportait plus de contraintes et d’inconvénients que d’avantages (il y avait bien un non nationaliste et souverainiste mais pas plus qu’ailleurs). Pour ce qui est des Pays-Bas, les grands médias ont présenté ce « non » comme un « non » protectionniste, nationaliste et parfois même raciste. Contrairement aux 2 pays qui ont voté « non » en 2005, l’Irlande est un pays qui a plus gagné à faire partie de l’Union qu’elle n’a perdu (certains politiques et certains médias ne vont pas se priver pour dire que les irlandais sont des ingrats etc etc…). On peut alors difficilement imputer le refus irlandais comme un « non » à l’Europe économique et libérale. Certains diront que les tenants du « non » ont joué sur les peurs des irlandais et que ces derniers se sont fait berner. Je trouve ça un peu facile, ça permet surtout de ne pas se remettre en question…

Il aurait fallu, comme les Verts le proposaient, un référendum européen, c’est-à-dire la consultation quasi-simultanée de tous les peuples d’Europe, qui aurait montré qu’on ne veut pas faire l’Europe sans ses peuples, que nous faisons tous partie de l’Union Européenne et que les décisions sur notre avenir commun doivent être prises ensemble! Comment créer un sentiment d’appartenance lorsque les ratifications des traités sont si espacés dans le temps? Aujourd’hui, les européens ne se sentent pas ou peu européens. Comment le pourraient-ils? Pas de langue commune, peu de symboles forts (hormis l’euro qui renvoit à la dimension économico-économique de l’Union). En bref, l’Europe est technocratique et se contruit presque dans le dos des peuples. Par exemple, on revoyait tout à l’heure à C dans l’air des images de Sarkozy, fier comme un coq, qui présentait « son » traité et qui assumait totalement le fait de ne pas faire de référendum parce qu’il avait peur d’un « non » français ou d’un « non » anglais… drôle de conception de la démocratie et de la construction européenne…

Je pense aussi qu’il sera difficile de faire quelque chose de cette Europe à 27 tant les pays et les peuples sont différents et n’attendent pas la même chose de l’Union. Il faut construire l’Europe politique à partir d’un « noyau » de pays prêts à tenter l’aventure et ne pas être trop pressés pour élargir cette Union politique.

Pour finir, je vous conseille l’article de Franck, qui a le mérite de ne pas renvoyer aux vieux débats oui/non et qui pose la vraie question: voulons-nous de l’Europe? Si oui, il ne faudra pas une Europe à minima et il ne faudra pas essayer de la construire sans les peuples.

Cedric Europe , , ,

Fonds de placement éthiques et/ou écologiques

12/06/2008

Petite mise en garde à propos des fonds de placement dits « éthiques » ou « écologiques » que certaines banques proposent à leur clientèle. Si on n’y prend pas garde, l’écologie peut vraiment devenir un prétexte à tout et n’importe quoi et n’importe qui peut devenir « éthique » ou « écologique »… prudence donc!

Cedric Ecologie, Ras le bol, Télé

Le logo de la Présidence française de l’Union Européenne

10/06/2008

Alexis relève l’étrange ressemblance entre le logo de la présidence française de l’Union Européenne et la photo officielle du Président Sarkozy.

Pas mal! Pas mal non plus ce que remarque le journal Marianne à propos de ce logo: les drapeaux sont en berne: tout un symbole…

Cedric Europe , , ,

Ce que la recherche fera de nous (d’Yves Pietrasanta)

09/06/2008

En passant chez Ecodif l’autre jour, je suis tombé sur Ce que la recherche fera de nous d’Yves Pietrasanta, ancien député vert européen et vice président de la région Languedoc Roussillon. A vrai dire, j’étais un peu (agréablement) surpris de trouver un ouvrage spécifiquement consacré à la recherche écrit par un élu écologiste et je l’ai donc acheté pour voir un peu ce qui y était dit!

Le livre commence (déjà) à dater mais de nombreuses questions importantes liées à la recherche sont abordées (choix politiques, financement, éthique…) et il est intéressant d’avoir un aperçu de ce que pense un élu écologiste sur ces questions. Il faut dire que la recherche ne fait pas (encore) partie des domaines où les verts sont les plus audibles!

Ce que la recherche fera de nous n’est pas du tout réservé aux experts et il est aisé de comprendre les grands enjeux. La lecture du livre est agréable, en particulier parce que l’auteur parle souvent de ses expériences en tant qu’élu (local et surtout européen). Il rappelle que la question de la recherche est fondamentale: les choix quant aux recherches qu’on privilégie aujourd’hui conditionnent ce que nous serons demain (des exemples simples: l’énergie et la santé). Il souligne aussi le fait que ces choix se font et se feront de plus en plus au niveau européen.

Petit bémol: le livre est court (124 pages) et des questions sont abordées sans être approfondies ou même pas du tout abordées, notamment les réformes structurelles de la recherche (peut-être parce que ce sont plus des questions nationales qu’européennes).

Ce que la recherche fera de nous a néanmoins le mérite d’exister et de montrer que les verts ont aussi des choses à dire sur la recherche!

Cedric Lectures, Politique, Recherche et enseignement supérieur

La librairie Ecodif

07/06/2008

Qui connaît Ecodif, la librairie de l’écologie politique?

Elle est située au sein même du local des Verts, l’accès n’est pas vraiment simple (ce qui à mon avis ne facilite pas les choses!) mais le détour vaut le coup. On y trouve (forcément!) des livres, notamment des essais sur les thèmes chers aux Verts (écologie, énergie, féminisme, inégalités nord/sud…) mais aussi des revues comme EcoRev’ par exemple.

Bref, allez y faire un tour ou commandez leur vos prochains achats sur internet (ils ont besoin de nous et c’est mieux que de passer par la FNAC ou amazon!)

Ecodif

247 rue du Fbg St-Martin 75010 PARIS
Métro Louis Blanc / Jaurès / Gare de l’est
Tél. : 01 53 19 53 20 – Fax : 01 53 19 03 93 / mail : ecodif@lesverts.fr

Cedric Ecologie, Les Verts ,


Warning: fsockopen() [function.fsockopen]: unable to connect to twitter.com:80 in /mnt/154/sda/0/9/lepanoptique/wp-includes/class-snoopy.php on line 1142